Caractéristiques et enjeux "Tourbière et lac de Lourdes"

 

Caractéristiques du site

Le site Natura 2000 "Tourbière et lac de Lourdes" se situe dans le Piémont Pyrénéen à la limite ouest du département des Hautes-Pyrénées, à moins d’un kilomètre du Gave de Pau. Il s’agit d’une petite vallée encaissée entourée des chaînons de Saint Pé Pibeste, dont le bassin versant alimente le Lac de Lourdes en fond de vallée. Ce site couvre une surface de 86 ha, dont un lac d’origine glaciaire (44,8 ha), seul lac de basse altitude (424 m) dans cette région des Pyrénées. Deux communes sont concernées par le périmètre du site : Lourdes et Poueyferré.

Le site offre une diversité paysagère importante. En effet, les deux versants offrent des caractères hétérogènes : le versant nord, marqué par une activité agricole bien présente sur Poueyferré et traversé par une route bordée de vieux frênes et châtaigniers ; le versant sud, marqué par la présence d’une plantation de résineux, est entrecoupé par un parcours de golf.

Entre ces deux entités se tient le lac de Lourdes, visible de l’embarcadère et de quelques endroits de la route, sur les versants du lac. La partie occidentale du lac, occupée par une vaste tourbière, est bordée par le golf. À l’est du lac, l’embarcadère accueille une grande affluence touristique en période estivale. Ce paysage contrasté s’accompagne d’un arrière-plan montagneux accentuant le caractère natural du site.

L’intérêt patrimonial écologique du site réside en une tourbière acide de type bombée (16 ha), rare dans les Pyrénées, qui abrite un cortège relictuel d’espèces rares constituant un site remarquable. Sept habitats d’intérêt communautaire, dont deux prioritaires sont présents : la végétation en ceinture de cladiaie, ainsi que la tourbière haute active, habitat remarquable par la présence de Sphaignes qui permet la formation de tourbe. Cet habitat est très faiblement représenté sur le site aujourd’hui, contrairement à autrefois où il était beaucoup plus présent. Il constitue donc un très fort enjeu en terme de conservation.
La dynamique évolutive rapide des habitats par la progression des formations basses et la fermeture par les ligneux, stades climaciques, est due à un arrêt de la gestion pastorale. Cela contribue à la forte régression des habitats pionniers.

Le site est également une station très importante au niveau de la faune invertébrée. En effet, elle abrite une population d’espèce d’intérêt communautaire, le Fadet des Laîches, papillon inféodée à ces milieux tourbeux et fortement menacée dans son aire de répartition par la dégradation de son habitat.

 Le site est également un site d’accueil potentiel d’autres espèces d’invertébrés rares ou inféodées aux milieux humides, comme les insectes saproxylophages, vivant dans le bois décomposé (Grand Capricorne et Lucane Cerf-Volant), les papillons (Azuré des mouillères) ou des espèces de libellules. 


Cartographie du périmètre et habitats du site

:


Comment est né le lac de Lourdes ?

Le lac de Lourdes est un lac d’origine glaciaire. Lors de la dernière période glaciaire, il y a environ 100 000 ans, le recul d’un glacier a déposé des moraines (sédiments transportés par un glacier) et des blocs de glace au sein d’une cuvette située entre Lourdes et Poueyferré. A la fin de cette période glaciaire, la fonte des blocs de glace a laissé place au lac de Lourdes.


Et la tourbière de Lourdes ?

La tourbière est née de la colonisation progressive du lac de Lourdes par la végétation de marais partant de la périphérie du site et formant des radeaux de plantes (nénuphars, carex,…) comblant une partie du lac. Le tapis végétal ainsi constitué s’est épaissit jusqu'au gonflement de la tourbière et rejet de l'eau à la périphérie. Ce gonflement est à l’origine du terme "tourbière de type bombée" qui caractérise la tourbière de Lourdes. 

  


Les principaux enjeux du site sont :

  • Conserver et restaurer

    les milieux ouverts de la tourbière (débroussaillage, décapage, pâturage, fauche…)

    • Tourbière haute dégradée encore susceptible de régénération naturelle 
    • Tourbière haute active
    • Marais calcaire à Cladium mariscus
    • Dépressions sur substrats tourbeux du Rhynchosporion
    • Tourbière basse alcaline
    • Prés humides et bas-marais acidiphles atlantiques
  • Préserver

    l’habitat "Eaux oligotrophes calcaires avec végétation benthique à Chara ssp" des variations du niveau d'eau et des pollutions
     

  • Conserver

    la population de Fadet des Laîches ainsi que les habitats favorables aux Grand Capricorne et Lucane Cerf-Volant  (arbres sénescents)
     

  • Sensibiliser

    le public aux richesses et à la protection du patrimoine naturel du site.


 

En savoir plus sur les tourbières