Actions et Actualités "Estaubé, Gavarnie, Troumouse et Barroude"

Problématique commune aux ZSC d'Estaubé, Gavarnie, Troumouse et Barroude, d'Ossoue, Aspé et Cestrède, de Pic Long et Campbielh et la ZPS de Gavarnie : Expérimentation de débroussaillage sur Landes à Genévrier (2010-2016)

Aujourd’hui, une dynamique d’embroussaillement par le genévrier des estives est en place. Une expérimentation est menée pour pouvoir comparer deux méthodes de réouverture, le broyage et le brûlage, sur les plans pastoral, de la conservation des milieux (habitats de pelouses et enjeux cynégétiques), financier et paysager. Les facteurs de variation de l’étude sont :

           

Le secteur retenu se situe sur la montagne de Pouey Boucou, à l’ombrée, à 1 800 m d’altitude. Il présente une forte pression pastorale (ovins et bovins).

Deux méthodes de réouverture ont été mises en place :

  • Le broyage, à l’aide de gros matériel et de petit matériel.
  • Le feu ; brûlage en plein pour les landes denses et pied à pied pour les landes piquetées

         

Des suivis post-travaux ont été réalisés sur la base d’observations des troupeaux, d’enquêtes auprès des acteurs, d’analyse de chantier et de suivis de la végétation.

Les premiers résultats de cette expérimentation débutée en 2010 sont les suivants :

  • Impact paysager : la végétation herbacée reprend le dessus en quelques années. Cependant, elle reste partielle au bout de cinq ans après le brûlage. Plus de 30 % des rames calcinées par le feu sont encore en place dans la partie brûlée.

  • Moyens humains et financiers : Le brûlage peut être effectué quel que soit les contraintes logistiques (pentes, accès…). Cette méthode coûte moins cher, mais nécessite la mise en place d’une procédure administrative plus lourde. Le broyage par gros matériel est efficace et relativement rapide comparé à celui par le petit matériel. Cependant, il nécessite la présence d’une route carrossable.
  • Sur un plan pastoral : Augmentation générale de la valeur pastorale des pelouses, circulation et pacage des troupeaux dans toutes les parties réouvertes (broyage et brûlage).

  • Sur un plan de la conservation des milieux : Pas de différence notable entre les deux traitements, la végétation qui s’installe est sensiblement la même. Efficacité et durabilité des deux méthodes. Maintien des habitats de pelouse et d’une mosaïque de milieux à l’échelle du secteur favorable à la perdrix grise.

Des tendances à confirmer …

  • Développement des espèces ligneuses comme le framboisier ou la myrtille. L’abroutissement des bêtes limite ce phénomène.
  • Effet du pâturage peu marqué, excepté sur les légumineuses (espèces de lumière).
  • Augmentation de la biodiversité dans les parties non pâturées car les espèces végétales peuvent réaliser un cycle complet.
  • MAIS tendance à une inversion de dynamique de végétation avec un regain de la végétation ligneuse…

Il faut prolonger l’opération pour suivre la dynamique de végétation à plus long terme, et étudier l’effet du pâturage sur ce type de lande.

Une note de synthèse et un poster sont disponibles ici : Synthèse et Poster

Un sentier thématique autour du barrage des Gloriettes

 

Lors de l’élaboration du Document d’Objectif, les professionnels du tourisme ont proposé qu’un sentier d’interprétation soit créé afin de sensibiliser le grand public à l’environnement montagnard au travers d’un outil différent des plaquettes qui se multiplient.
Un projet de sentier thématique a donc été inscrit dans le DOCOB.
Le site des Gloriettes a été choisi pour sa fréquentation touristique non négligeable. Le barrage est en effet le point de départ de plusieurs randonnées vers le cirque d’Estaubé (port de Pinède, Tuquerouye,...) et de parcours de pêche, mais il est aussi un point d’attrait en soi, et nombreux  promeneurs se contentent de longer le lac en rive gauche jusqu'à la passerelle. Photo
Le projet de sentier thématique autour du barrage des Gloriettes a été lancé en 2008. Il concerne dans un premier temps la restauration du sentier en rive droite du barrage et la réfection de la passerelle en amont afin de proposer une boucle autour du lac des Gloriettes, puis dans un second temps la mise en place de panneaux thématiques pour valoriser le parcours.

Le contexte des travaux sur le barrage
EDF conduit actuellement des travaux sur le barrage des Gloriettes pour la réalisation d’un évacuateur de crue supplémentaire. Ce chantier commencé en 2009 se poursuivra en 2010 et empêchera le passage sur le couronnement du barrage le temps des travaux. Afin de permettre le passage des troupeaux en transhumance vers Estaubé et Coumély, il est apparu nécessaire de procéder rapidement à la réfection de la passerelle située en amont de la retenue ainsi qu’à la restauration du sentier en rive droite. C’est pourquoi cette première phase a été lancée à l’automne 2009.

Dans la continuité du "sentier de Ramond"
Ce projet est lié par ailleurs au sentier thématique intitulé "sentier de Ramond ", dont le parcours relie le village de Gèdre au barrage des Gloriettes par le bois de Coumély. Ce projet, porté par la Commune de Gèdre, sera finalisé en 2010 avec l’installation de panneaux thématiques.
Dans la prolongation du sentier de Ramond, le sentier des Gloriettes abordera dans un même graphisme des contenus complémentaires.

Les panneaux thématiques autour des Gloriettes
L'objectif visé au travers de ce projet est de sensibiliser les randonneurs à l’environnement montagnard au sens large, en valorisant les caractéristiques du site et en expliquant les liens entre les milieux naturels et les activités qui s’y exercent.
La seconde phase du projet sera consacrée à la création et la mise en place en 2010 de panneaux thématiques disposés tout au long du parcours et traitant des sujets suivants :

  • l’hydroélectricité en lien avec la géologie du site,
  • l’activité agro-pastorale et son rôle pour les milieux naturels,
  • l’utilisation du milieu aquatique (pêche) et ses interactions avec la faune aquatique,
  • la diversité des milieux, de la flore, de la faune.

Le contenu de ces panneaux sera défini avec les acteurs concernés (la Commission Syndicale de la Vallée de Barèges, les Pêcheurs Barégeois, EDF, le Parc national des Pyrénées,...).
De plus, une fiche d’information sera réalisée afin de faire connaître ce sentier thématique au grand public : 5000 exemplaires seront mis à disposition en office de tourisme.


 

Maîtriser les essences forestières non pyrénéennes

 

De nombreuses forêts plantées dans les Pyrénées pour la Restauration des Terrains en Montagne abritent des essences d’arbres d’origine allochtone (Epicéa, Mélèze, Pin noir d’Autriche, Douglas,...). Devenus mâtures, certains peuplements constituent des foyers de dissémination. Sur plusieurs sites, la régénération naturelle de ces essences s’observe au-delà des limites forestières, colonisant les habitats alentours dont la typicité est alors affectée.
(Photo Hount Grane 2)

L’ONF a conduit une étude en 2008 sur la Forêt Domaniale de Hount Grane (Gavarnie), et sur la plantation de Héas durant l’été 2009. Cette problématique ayant été observée sur différents secteurs du massif pyrénéen, l’ONF a décidé d’étendre l’étude de ce phénomène à d’autres zones. Les sites du Bastan de Sers (site Natura 2000 « Lac Bleu-Léviste ») et le site du Lisey ont ainsi été intégrés dans le périmètre de l’étude. Il est en effet nécessaire pour appréhender ce phénomène et proposer des mesures de gestion adaptées de porter une réflexion à l’échelle de cette problématique.

Ces sites présentent des états de colonisation différents, variant d’une progression quasi-nulle sur Hount Grane à une colonisation effective des landes et pelouses avoisinantes sur les forêts du Lisey et du Bastan de Sers. La priorité d’action sera définie en fonction des enjeux observés sur chaque site.

La gestion est donc à adapter à chaque forêt afin de tenir compte à la fois de l’état des peuplements et de leur rôle dans la stabilisation des sols sur les zones soumises aux risques naturels. Mais il est également nécessaire de porter cette réflexion à l’échelle pyrénéenne afin de coordonner les interventions.
(Photo « Hount Grane réunion »)